Logo Radio Domoni Inter

Radio Domoni Inter

A l'écoute en ce moment :
{{onAir}}

Hass Mosa, un artiste engagé et militant : « Je me tourne maintenant vers la Diaspora »

29 May 2013 - 08h16

Cette idée d’une tournée est d’abord appuyée par ses collaborateurs et collaboratrices qui le soutiennent depuis quelques années. D’abord créer au sein du groupe un spectacle intimiste.Des artistes qui dialoguent et se répondent. La guitare, le clavier, la basse, la batterie et les danses comoriennes se rencontrent dans ce spectacle intitulé « SUKUMA » (mot populaire comorien signifiant pousser). « Je développe un répertoire traditionnel mais utilise des harmonies modernes, « différentes », qui ouvrent le flamenco sur un univers plus reggae et surtout plus personnel. Ainsi, promouvoir des artistes locaux, continuer à pratiquer la tradition musicale et artistique en proposant des formations rythmiques ainsi que le live Hass Mosa, avec entre autre quelques titres du prochain album Comores ''Sukuma'', sortie prévue en juillet 2013. Un projet construit sur des compositions personnelles, initialement pensées pour la culture comorienne. Les producteurs de l’artiste s'associent à cet album, un reportage documentaire, est en cours de réalisation ''Les Comores face à face'', l'histoire des Comores et sa réalité d'aujourd'hui. C’est depuis l’âge de 16 ans que Hass Mosa s’est intégré dans l’association JAF de Mutsamudu. Il y apprend la danse et s’intéresse peu à peu à la musique, jusqu’en 1981 qu’il décide de s’exiler et prendre un nouveau départ. Destination la France où il s’installe pour des études mais aussi la musique. En 1986, il sort son premier album « Halélé Hoya » qui a eu peu de succès. En 1988 il enchaine avec « Salina Salipo », Mosa a commencé à voir le chemin de la liberté. « Salina Salipo » a fait un tapage médiatique et se fait connaitre en Europe et ailleurs. En France comme aux Comores au sein du groupe Djimbo, Mosa s’est offert des tournées de promotion. L’artiste engagé a aussi joué avec le célèbre groupe ivoirien « Mante la jolie » une formation qui mélange chants et danses et Mosa lui, faisait les percussions, un don du ciel depuis son jeune âge. En 1994 il a monté le fameux groupe Djama. Et en lui posant la question, pourquoi une carrière solo aujourd’hui alors que ça marchait bien avec Djama, il répond « il y a des groupes, ensuite des carrières en solo. On est saturé et stressé lorsque les tournées se succèdent. Je me suis décidé à créer ma carrière solo à partir de l’expérience des groupes. En solo, on développe d’autres ambitions. Les groupes c’est comme une famille, un homme, une femme avec des enfants. S’ils arrivent à se supporter pendant une dizaine d’années, ce sont les enfants qui sont gagnants, mais si c’est le divorce chacun prend sa route » a-t-il ajouté. Mais en parlant de cette tournée qui doit débuter en mi-juin 2013, Mosa penche sur le fait de former un réseau dans les différentes villes afin de soutenir les Comores. La tournée Diaspora se profile et demande beaucoup d'organisation et de professionnalisme afin de proposer un vrai spectacle clé en main à la communauté, jeune et moins jeune ainsi que le public solidaire. L’objectif, à travers cette tournée, en plus de promouvoir des jeunes artistes, de rassembler la communauté en échangeant joies et douleurs, est d’encourager la solidarité envers les enfants défavorisés d'Anjouan.  

Naouir Eddine Papamwegne  HZK Presse

Contact
Vous souhaitez réagir en direct sur une émission, faire des dédicaces, poser une question à l'équipe de Domoni Inter, ces numéros vous sont réservés.
A Domoni : (269) 3409538 | (269) 3349777
(269) 4409538 | (269) 3399517
En France : +33638776367 et +33751304709

Actualités

Actualités afrique avec RFI

  • {{item.title}}